Home

Le Cycliste Qui S'en Alla Dans Le Froid : aventures sur l'EuroVelo 13 - Iron Curtain Trail

Pour ses plus récentes aventures, l'auteur britannique Tim Moore a entrepris un tour à vélo pour le moins épique - parcourir la totalité de l'EuroVelo 13 - Iron Curtain Trail sur un vieux vélo pliable d'ex-RDA et en commençant le tout de surcroît en mars (au nord du cercle polaire). Avec le livre sur cette extraordinaire aventure, Le Cycliste Qui S'en Alla Dans Le Froid, sorti cette semaine, nous avons parlé avec Tim de son voyage le long de la plus longue route EuroVelo du réseau.

 

EuroVelo: La dernière fois que nous nous sommes parlé, c'était durant les semaines précédant votre départ, lorsque vous commenciez à réaliser exactement ce à quoi vous vous étiez engagé. Était-ce aussi difficile que vous vous y attendiez ? Et en quoi était-ce comparable à vos précédents voyages ?

Tim Moore: Je peux franchement dire que c'était le défi le plus terrifiant que je me suis lancé de toute ma vie, et de loin. Ces semaines passées à rouler au ralenti dans une Finlande complètement enneigée et déserte resteront gravé dans ma mémoire. Qui a bien pu avoir cette stupide idée de commencer en hiver ? J'y suis arrivé malgré tout et devrait, de fait, faire partie des figures centrales dans le panthéon des cyclistes d'endurance de vélos pliables. 

 

Ceux suivant son compte Twitter (@mrtimmoore) ont eu droit à des nouvelles régulières et souvent très drôles de son progrès sur la route. En rétrospective, presque un an après le voyage, quels sont les souvenirs qui ressortent le plus ?
La solitude durant la majeure partie du trajet - le Rideau de Fer s'étendait sur une zone d'exclusion assez large et 25 ans après, celle-ci reste encore en grande partie vide. Je me suis souvent lancé dans de curieux solos musicaux, chantés très forts et suis vite devenu bizzare. Cela dit, j'ai fait de magnifiques rencontres tout au long du trajet, même si très peu d'entre eux étaient en Russie. Des images assez aléatoires sont restées gravées dans mon cerveau : dormir sur un banc dans la campagne finlandaise; rouler à travers des bouts de banquise rejetées par la mer sur une plage de la mer Baltique près de Saint Petersbourg; devoir mimer une douleur à cause de la selle dans une partie intime à un chimiste estonien... je pourrais en parler tout la journée, donc voici un lien vers un rapport un peu plus détaillé des mes souvenirs.

 

Pour tout ceux qui n'ont pas le temps de suivre votre exemple et de parcourir l'EuroVelo 13 - Iron Curtain Trail dans sa totalité (!), y a-t-il une portion particulière que vous voudriez recommander ?
La côte de la mer Baltique était parfaitement plate et offre une aventure à vélo remplie d'anciens hôtels et de restes de la Guerre Froide, si cela vous intéresse autant que moi. Mais attention, un peu venteux au printemps. L'Allemagne est une longue route cyclable veloutée. La Serbie était une belle trouvaille : des gens sympathiques, de belles villes et de la bonne nourriture, peu de touristes et des prix particulièrement bas. Pour le paysage et un petit défi vertical décalé, la portion de la Macédoine à la ville montagnarde bulgare de Dospat est assez inoubliabe. En fait je peux sans problème recommander la plupart du trajet, mis à part la Finlande en hiver, et la Russie (toujours). 

 

Un des buts de l'EuroVelo 13 - Iron Curtain Trail est de donner l'opportunité de retracer et de découvrir le Rideau de Fer, qui a divisé l'Europe entre Est et Ouest pendant près d'un demi-siècle. Avez-vous pu acquérir une nouvelle approche de cette partie importante de l'histoire du continent ?
Absolument – c'était une expérience fascinante et qui d'une certaine manière donne à réfléchir. Vers la fin j'ai été indulgent avec la Russie, étant donné leur amertume générale venant probablement de la chute de l'empire soviétique et donc la chute de statut de leur patrie. En roulant le long de toutes ces ruines de sites de surveillance militaire et statues sociales-réalistes héroiques, j'était partagé entre terreur et admiration : ici, où les reliques d'une étonnante expérience sociale qui, à son apogée, comprenait un tiers de la population mondiale, une idéologie louable en théorie qui a horriblement mal tournée, mettant à jour une haîne si puissante des deux côtés du rideau, qu'elle a failli détruire notre planète. Ce à quoi je ne m'attendais absolument pas était à quel point les gens seraient réticent à parler de l'ancien temps - en particulier dans l'ancienne RDA, alias l'Allemagne de l'Est. Lorsque j'ai visité l'usine où mon vélo a été fabriqué - remarquablement toujours en activité - ils changeaient de sujet à chaque fois que je posais des questions sur 'l'époque socialiste'. C'est devenu logique lorsque j'ai appris que, en ligne avec la moyenne en RDA, une personne sur cinq de l'ancien personnel était un informateur pour la Stasi. Je suis entré en Allemagne avec un ancien maillot de vélo de la RDA, pensant que 25 ans après cela provoquerait un petit peu de nostalgie. Quel idiot inconsidéré j'ai bien pu être. J'ai pratiquement été poussé de mon vélo le premier jour où je l'ai mis, et par la suite j'ai couvers le logo avec deux bandes adhésives chaque matin.

 

Nous avons cru comprendre que votre vélo pliable MIFA à une seule vitesse des années 70, fabriqué en RDA, a survécu ce voyage ! Qu'en est-il devenu ?
Il y a eu des moments - parfois long d'un mois - durant lesquels je me suis longuement et fortement insulté de m'être encombré d'une telle machine. Monter un col sur un vélo pliable complètement chargé n'est pas drôle, mais sans doute quand même plus, que de redescendre un col sur ce même vélo. Je n'ai jamais réussi à maitriser son frein à rétropédalage. Mais au final mon petit courageux MIFA m'a rendu fier : un des buts de ma folle mission était de prouver que le vélo, même sous sa forme la plus simple, était une machine capable d'aller partout et de tout faire - un vélo pliable vous emmènera toujours à votre destination, même si cette destination se trouve à plus de 9000 kilomètres. Cela parait invraisemblable, mais durant tout ce temps sur des surfaces souvent douteuses, j'ai seulement eu un seul pneu de crevé - même si j'ai quand même cassé un pédalier et tellement usé mon jeu de direction qu'à la fin, je devais attaquer chaque virage comme une série de courtes lignes droites, comme les bords d'un octogone. Mais il est toujours dans le hangar et je l'utilise une fois par semaine. Il viendra avec moi lors d'une modeste petite campagne de promotion nationale la semaine prochaine ! Sur le long terme nous verrons si l'excentrique millionaire qui dirige l'usine MIFA tiendra sa promesse et installera mon vélo dans le nouveau musée du cyclisme qu'il est en train de construire.

Votre livre est fondé sur vos expériences sur l'Iron Curtain Trail - Le Cycliste Qui S'en Alla Dans Le Froid - publié cette semaine. Avez-vous déjà pensé à votre prochaine aventure ou bien récupérez-vous encore de la dernière ?

Ayant déjà repris un peu plus de 10kg que j'avais perdu durant mon voyage, je devrais d'abord penser à finir ma convalescence. Je me suis juré de ne plus jamais entreprendre de tours à vélo, avec la justification qu'il ne pourrait pas être meilleur que le précédent. Mais j'ai déjà dis ça par le passé.

 

Le Cycliste Qui S'en Alla Dans Le Froid est publié par Yellow Jersey et disponible ici.

 

Et afin d'avoir un aperçu de ce que Tim a vécu, voici une vidéo promotionelle sur YouTube.

 

L'ECF reconnait que certaines portions un peu plus 'extrêmes' du réseau EuroVelo peuvent être difficiles hors-saison. Prenez contact avec le Centre de Coordination EuroVelo ou Coordinateur afin d'obtenir des conseils sur la planification de votre voyage.